GUADELOUPE - LES INSTITUTS DE BEAUTE CONSIDERES COMME NON "ESSENTIELS", S'ORGANISENT




Ce mercredi, les différentes responsables des instituts de beauté de cette enseigne sont regroupées pour un temps de formation. C'est la manière choisie par elles pour passer le cap. C'est le moment pour elles de se pencher sur les stratégies qu'elles devront mettre en oeuvre pour relancer leur activité. Pour autant, elles ont toutes du mal à comprendre ce qui a justifié leur fermeture. Parce que pour beaucoup, leur profession est aussi utile que celle des coiffeurs.


Mais voilà, il n'est pas sûr qu'en haut lieu cette idée soit partagée.

Pétula Bade Créatrice et gérante d'une enseigne d'instituts de beauté


Passées les premières émotions, les premières colères aussi, il faut maintenant imaginer l'avenir. Gérer en fonction des opportunités que les contextes administratifs et sanitaires le permettent.

Caméla Castorys responsable d'un Institut de beauté


Et c'est sûr, elles seront prêtes pour une réouverture et se mettre au service des clientes pour qui elles auraient été durant une telle période, un vrai "commerce essentiel".

source

Posts à l'affiche
Posts Récents