EVANSTON, LA VILLE AMÉRICAINE QUI VA INDEMNISER DES DESCENDANTS D'ESCLAVES



La ville de l'Illinois a entériné un projet de réparations financières pour les Afro-Américains descendants d'esclaves et victimes de discriminations au logement. Ils percevront une aide financée notamment par la vente de cannabis.



La ville d'Evanston, dans l'Illinois, est devenue la première ville américaine à prendre un tel engagement. Le conseil municipal a en effet voté à une large majorité (8 votes pour, 1 vote contre) une enveloppe financière pour dédommager les habitants noirs victimes de "discriminations ou des effets persistants de l'esclavage". La première enveloppe débloquée s'élève à 400 000 dollars. Mais au total, la ville s'est engagée sur 10 millions de dollars versés sur 10 ans.


Evanston est une commune de 75 000 habitants située dans la banlieue de Chicago, troisième ville américaine, où la mixité sociale et raciale est importante.



La politique de la "ligne rouge" dans le collimateur


À l'époque de la ségrégation, et jusqu'aux années 70, la politique de la ville la plus marquante était celle du "redlining". Les banques n'accordaient que très rarement des crédits immobiliers aux habitants de certains quartiers pauvres. Ces quartiers étaient très majoritairement noirs, et délimités sur les cartes par une ligne rouge (red line), afin que les banquiers connaissent les limites au delà desquelles il leur était déconseillé de prêter, car trop risqué. Cette politique a bien entendu renforcé la ségrégation à l'œuvre depuis la fin du 19e siècle.


Parmi les injustices dont ont été et sont toujours victimes les noirs, les promoteurs de ce texte municipal citent "le manque systématique d'investissement dans les quartiers noirs", la guerre anti-drogue qui frappe surtout les populations noires avec les expulsions et des quartiers entiers laissés à l'abandon et les difficultés d'accès (voire le non-accès) à des prêts immobiliers acceptables.


Une aide pour les familles pauvres ou descendant d'esclaves


Chaque ménage éligible recevra 25 000 dollars pour financer des travaux dans son logement ou pour verser les mensualités de son prêt s'il est propriétaire. Pour être éligible, il faut soit vivre à Evanston, être noir et âgé de plus de 18 ans, et être (ou avoir été) victime de discrimination immobilière. Soit être descendant d'un.e Afro-Américain.e ayant vécu à Evanston entre 1919 et 1969 ayant été victime de cette discrimination au logement en raison des pratiques et des politiques en vigueur dans la ville à cette époque.


Réparer et créer de la richesse


En se concentrant sur les discriminations au logement, Evanston vise à "construire de la richesse via le logement", explique Robin Rue Simmons. Cette conseillère municipale vit justement dans un district d'Evanston à majorité noire et est à l'origine de ce projet de loi.


La conseillère municipale Robin Sue Simmons à l'origine du projet de loi sur les réparations en matière de logement.




"C'est un premier petit pas vers des dédommagements et une justice pour la minorité noire de notre ville"

Ce programme sera financé par des dons et par une taxe de 3% sur les ventes de marijuana.



Une proposition de loi fédérale visant à établir une commission parlementaire sur la question des réparations est régulièrement bloquée au Congrès. La ségrégation raciale n'a pris fin que dans les années 1960 aux États-Unis, grâce aux lois sur les droits civiques.


SOURCE


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2021 Africana TV CARAIBES .