DES MIGRANTS DÉTOURNENT UN CARGO EN MEDITERRANEE


Des migrants refusant de retourner dans l’enfer libyen ont pris le contrôle d’un pétrolier turc en Méditerranée. Matteo Salvini dénonce "un acte de piraterie" et leur refuse l’accès aux ports italiens, tout comme Malte.

108 migrants ont détourné le cargo turc qui voulait les ramener en Libye après les avoir secourus en Méditerranée. Ce nouvel épisode de la crise migratoire entre l’Europe et l’Afrique est une première. Les rescapés fuyant l’enfer en Libye ont pris le contrôle du navire marchand alors que celui-ci était arrivé à une dizaine de kilomètres des côtes libyennes.

"Ce n’est plus du secours. Il s’agirait du premier acte de piraterie en haute mer", a réagi Matteo Salvini, le vice-premier ministre italien qui reste ferme sur sa décision de fermer tous les ports italiens aux navires portant secours à des migrants en Méditerranée. "Ces migrants ne verront l’Italie qu’à travers un télescope", a ajouté le ministre de l’Intérieur de la Ligue, un parti d’extrême-droite.

Le détournement du "Elhiblu 1", un pétrolier turc battant pavillon de Palau, un petit Etat du Pacifique, a été confirmé par les autorités de Malte qui ont envoyé des unités navales pour empêcher le cargo d’approcher des côtes maltaises.

Le capitaine ne répond plus

Le capitaine du navire a lui aussi assuré que le cargo avait été détourné lors de sa dernière communication radio. Depuis, le commandant ne répond plus aux appels d'après les autorités maltaises.

L’ONG italienne Mediterranea Saving Humans suit le trajet du navire et rappelle que "selon la convention de Genève, aucun Etat n’a le droit d’expulser un réfugié vers un territoire où sa vie et sa liberté seraient menacés".

En novembre dernier, 80 migrants qui avaient été ramenés dans le port de Misrata en Libye par un navire marchand avaient refusé de débarquer pendant plus d’une semaine. Des policiers libyens armés étaient intervenus pour les forcer à descendre à terre. En Libye, les migrants sont souvent enlevés et vendus à des trafiquants qui les réduisent en esclavage et les jeunes femmes sont violées.

Ce détournement intervient alors que l’Union européenne a décidé ce mercredi d’arrêter les patrouilles maritimes de l’opération Sophia qui ont sauvé des milliers de migrants de la noyade en Méditerranée. Cette décision a été prise à la suite de menaces de l’Italie de mettre son veto à l’opération dont la mission est également de lutter contre les réseaux de passeurs et de former les garde-côtes libyens.

source

#societe

Posts à l'affiche