HISTOIRE - LES CASTRATS : UNE CRÉATION DE L'EGLISE CATHOLIQUE


L'histoire des castrats ou quand l'église castrait des jeunes garçons dans le but de conserver le registre aigu de leurs voix enfantines. C'est Rome qui a "inventé" les castrats afin de contourner l'interdiction faite aux femmes de chanter dans les églises. Les premiers d'entre eux apparurent à la chapelle Sixtine. Un castrat est un chanteur de sexe masculin ayant subi la castration avant sa puberté, dans le but de conserver le registre aigu de sa voix enfantine, tout en bénéficiant du volume sonore produit par la capacité thoracique d'un adulte. A la fois homme, femme et enfant, le castrat possédait dans son chant des qualités propres à ces trois états. Une fois castré, pas de mue. Sa voie restait donc "haute". De plus, la castration entraînait un développement de la cage thoracique, d'où une puissance hors de portée des chanteuses. Comme l'écrit Patrick Barbier dans son Histoire des castrats (Grasset) : "Différente de la voix d'homme par sa légèreté, sa flexibilité et ses aigus, différente de la voix de femme par son éclat, sa limpidité et sa puissance, [celle des castrats] était également supérieure à celle de l'enfant par sa musculation d'adulte, sa technique et son expressivité." Chassés des scènes d'opéra pour des raisons éthiques et esthétiques, les castrats s'éteignirent au fil du xixe siècle. En 1902, le pape Léon XIII finit par interdire leur utilisation pour la musique d'église. Le dernier d'entre eux, Alessandro Moreschi, mourut dans l'indifférence en 1922.

#CHRONIQUES

Posts à l'affiche
Posts Récents