GABON - JUSTICE : Les journalistes des «Echos du Nord» toujours en garde à vue


Au Gabon, 20 personnes, dont neuf journalistes, ont été arrêtées jeudi après une descente de police dans les locaux du journal d'opposition Echos du Nord. Neuf personnes sont toujours détenues après avoir passé la nuit au poste.

« La réponse a été courtoise, mais ferme, vous n'êtes pas autorisé à rencontrer Raïssa Oyasseko. » Ce vendredi matin, maître Charles Henry Gey a essayé de voir sa cliente au service de la documentation, mais les portes, donc, sont restées closes.

L'avocat tempête : « Raïssa Oyasseko est à la documentation pour interrogatoire, en garde à vue. Or, quand il y a garde à vue, un avocat est autorisé à visiter son client pendant une heure, c'est la loi. » Charles Henry Gey, après cette fin de non-recevoir à la direction de la documentation, devait tenter en fin de matinée d'être reçu par le procureur.

Le porte-parole du gouvernement Alain Claude Bilie By Nze affirme que neuf personnes ont été interpellées, des journalistes et des administratifs, parce que le journal d'opposition a écrit un article sur l'arrestation et l'audition au B2, les fameux services de renseignement, du patron de la direction générale de la documentation et de l'immigration.

Le général Célestin Embinga aurait, selon les Echos du Nord, détourné des fonds et préparait un coup d'Etat. Alain Claude Bilie By Nze est catégorique : « Cela n'a aucun fondement, ne repose sur rien », dit-il.

« Il n'empêche, note un confrère gabonais, que ces infos soient justes ou erronées, il est inadmissible que des forces de sécurité fassent une telle descente dans une rédaction, une descente très musclée et interpelle tout le monde. » Alain Claude Bilie By Nze devait s'exprimer dans l'après-midi ce vendredi sur ce dossier.

SOURCE

#societe #JusticeAfrica

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2020 Africana TV CARAIBES .