JO - PORTRAIT : Constantin Henriquez, premier noir médaillé aux Jeux Olympiques de 1900


Constantin Henriquez, fils d’Alfred Henriquez et de Louise Elie, est originaire de Port-de-Paix. C’est de cette ville que, vers 1893, Constantin part en France pour effectuer des études. Arrivé sur le paquebot La Bretagne, il est inscrit au Collège Albert-le-Grand d’Arcueil et un peu plus tard effectuera des études de médecine. Au collège, c’est l’occasion pour lui de rencontrer le célèbre prêtre français Didon, ami de Pierre de Coubertin, connu comme le rénovateur des Jeux olympiques de l'ère moderne en 1894 et fondateur du Comité international olympique qu’il a présidé entre 1826 et 1925. Tandis qu’il étudie, Constantin joue au rugby, ou au « football-rugby » pour reprendre la dénomination qu’on utilisait à cette époque pour cette discipline.

A l’instar de ses condisciples du collège d’Albert-le-Grand, Constantin caresse le rêve de participer aux premiers Jeux olympiques modernes, à Athènes, organisés en 1896, mais il n’obtient pas sa qualification.

Constantin n’abandonne pas pour autant. Il se professionnalise dans ce sport, joue parmi les meilleures équipes et décroche, en 1895, le titre de vice-champion avec l’Olympique de Paris et, six ans plus tard, celui de champion avec le Stade français. On le retrouve dans l’équipe de France de rugby pour la deuxième édition des Jeux olympiques modernes. Son frère cadet, Alphonse, est né vers 1879 et est mort en 1955 et fut sénateur de la République. « Nous n’avions pas une date exacte de la naissance de Constantin, mais nous pouvons présumer qu’il était l’aîné d’Alphonse de deux à trois ans. Ce qui nous laisse présager qu’il est né vers 1876-1877 », a confié au Nouvelliste l’ingénieur Lionel Henriquez, son petit-fils.

Constantin participe aux JO de 1900, où prennent part aussi environ 1 000 athlètes provenant de 24 nations dans une vingtaine de disciplines. Il ne représente pas Haïti qui n’a pas envoyé de délégation aux JO, mais porte les couleurs de la France. Devant 6 000 spectateurs réunis au Vélodrome de Vincennes, l’équipe de rugby de France affronte l’Allemagne et le Royaume-Uni, et en sort vainqueur. Henriquez et ses coéquipiers obtiennent une médaille d’or.

De ce fait, en cette journée du 28 octobre 1900, Constantin Henriquez entre dans l’histoire comme le premier noir, le premier Afro-Caribéen, le premier Haïtien, champion olympique avec l’équipe de France. Athlète confirmé, il participe aussi aux épreuves de tir à la corde en équipe, il s’en sort avec une médaille d’argent. Mais malgré ces exploits, Henriquez ne reste pas en terre française. Après ses études, l’homme revient sur sa terre natale pour partager ses connaissances avec des plus jeunes et servir notamment au niveau du sport. "Il est professeur de gymnastique et de culture physique au Lycée Pétion, car il est tout simplement ce chef incontesté de la brillante phalange qui, au début du siècle, initia le pays aux sports, par la fondation du stade haïtien (novembre 1901)", écrit Luc Grimard, qui a préfacé un livre publié par Constantin Henriquez Notre champion olympique fut aussi considéré comme le plus célèbre des animateurs de sports et jeux athlétiques d’Haïti en son temps.

Selon les informations obtenues de son petit-fils, Lionel, Constantin Henriquez a entrainé Sylvio Cator (ancien détenteur du record du monde du saut en longueur (7,93 m en 1928)) et André Théard (athlète qui participa aux JO de 1924, 1928 et 1932). En signe de reconnaissance, une des barrières d’entrée du stade Sylvio Cator portait le nom de Constantin Henriquez, eu égard aux démarches fructueuses que ce dernier avait entamées avant sa mort pour que le terrain qu’occupe aujourd’hui le stade soit mis à la disposition des clubs de la Capitale. Constantin Henriquez est le rénovateur (1911), qui fonde avec son frère Alphonse, en 1912, l’Union Sportive Haïtienne (USH) et l’Union des Sociétés Haïtiennes (USSHIl). Il fut le premier président du Comité Olympique Haïtien, élu en 1906 et réélu en 1912. Il fut aussi chroniqueur pour les journaux « Le Soir », « Le Nouvelliste », « Haïti Littéraire et Scientifique » et « Haiti-Sport », dont il a été le cofondateur en 1908. Incontestablement, Constantin Henriquez fut un talentueux sportif, qui put décrocher deux médailles aux JO de 1900, mais aussi un homme qui se dédia au développement du sport dans son pays.

Notons que le rugby, cette discipline dans laquelle s’est distinguée notre compatriote Constantin Henriquez, a été une discipline olympique en 1900‚ 1908‚ 1920‚ 1924. À l’époque‚ on pratiquait le rugby à 15. ll est revenu en 2016 à Rio et sera pratiqué chez les hommes et chez les femmes à 7 joueurs. Avec le retour du rugby en cette année 2016, faut-il rappeler que 1900 - lorsque Constantin Henriquez décroche ses deux médailles - est l’année au cours de laquelle les femmes sont admises à participer pour la première fois aux compétitions olympiques.

source : lenouvelliste

#sport

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2021 Africana TV CARAIBES .