RD CONGO - 30 Juin 1960 : Indépendance du Congo, dites-vous ?


30 Juin 1960 – 30 Juin 2016 ; « INDÉPENDANCE » DU CONGO : JE NE FÊTERAI PAS, NI NE DANSERAI !

Pourquoi devrais-je même « danser » ou « fêter » ? Il n y a aucune raison objective pour laquelle je le ferais. Car ni Le Congo, ni L'Afrique ne sont réellement indépendantes. Et ceci en dépit de tous les sacrifices concédés par ceux qui ont lutés au péril de leurs vies pour que non seulement Le Congo mais TOUTE L'AFRIQUE (et c'est surtout çà qui m’intéresse) soit LIBRE, INDÉPENDANTE et SOUVERAINE.

Que penseraient Lumumba et ses compagnons qui sont morts dans des conditions tragiques pour que nous soyons réellement indépendants, si ils nous voyaient danser au rythme de “indépendance tcha-tcha” et boire en cette journée, alors que dans notre quotidien nous ne sommes même pas conscients de notre tutelle permanente par rapport aux forces séthiennes qui nous ont d'abord mises en esclavage, ensuite nous ont colonisé et continuent de nous maintenir dans une forme de néo-colonialisme ?

LES CHAPEAUX DES COLONS NE SONT PLUS SUR LEURS TÊTES MAIS DANS LEURS TÊTES.

C'est à cela que nous devrions réfléchir lors de cette journée du 30 Juin, et c'est à ces moments là que nous devrions faire le bilan sur notre situation et mettre en place des stratégies pour sortir de cet état qui nous empêchent d'évoluer en tant que nation LIBRE.

Oui, je l'affirme, Le Congo n'est pas un état indépendant ! Et tant qu'il ne le sera pas, il sera inutile d'espérer une quelconque « démocratie » ou un quelconque « développement » dans notre pays ; encore que ces concepts peuvent être remis en cause.

L'exemple de La France, de L'Angleterre, de La Belgique et de tous les autres états qui étaient sous occupations doivent faire réfléchir nos compatriotes toujours enclins à faire la fête à la moindre occasion ; aurait-il été possible pour ces derniers d'installer une “démocratie” ou de se “développer” – même un jeu imparfait – si ils n'étaient pas libres, ou si ils n'avaient pas une totale maîtrise sur la sécurité de leurs peuples et des institutions de leurs états ?

Il ressort de ce qui précède que le premier attribut de la La Souveraineté d'un Etat, c'est LA SÉCURITÉ DU PEUPLE ET DES INSTITUTIONS. Est-ce que Le Congo a la maîtrise de ces derniers, par rapport aux agressions extérieurs ?

Le deuxième attribut de la souveraineté, c'est L’IDENTITÉ CULTURELLE, d'où nous pouvons tirer trois facteurs :

1°) Le facteur historique, où le sentiment collectivement vécu d'une même communauté d'origine.

Encore aujourd'hui au Congo, le micro-tribalisme est très présent, et il est même exacerbé par certains politiciens – KYUNGU par exemple – qui ont la prétention de défendre les intérêts du peuple, et qui sont « acceptés » aujourd’hui en conclave politique par une pseudo-opposition au pouvoir politique en place, qui est en mal de connaissance en matière historique, stratégique et politique.

Même la nouvelle génération d'aujourd'hui est contaminée par ce micro-tribalisme qui l’ empêche d'envisager une communauté de destin.

2°) Le facteur linguistique. Aujourd'hui au Congo dit « démocratique » et en Afrique, on est même incapable de promouvoir ou de communiquer nos valeurs, nos idées et nos idéaux dans nos propres langues, car les langues étrangères et notamment le français sont instituées comme langues officielles et seules langues susceptibles de transmettre la connaissance.

Combien de fois ai-je été puni à l'école par exemple, car on m'a surpris lors des récréations en train de parler en lingala avec mes frères congolais ? Combien de fois certains parents interdisaient à leurs enfants de parler le lingala, le kikongo, le tshiluba, le swahili, etc car selon eux, ces langues serait sans intérêts, en comparaison avec le français ?

Même aujourd’hui au Congo, la maîtrise d’une langue étrangère - le français notamment - est perçu comme un signe d’intelligence ; on est même considéré comme “intellectuel” quand on maîtrise le français (sic!).

La langue est la cristallisation de la vision commune d'un peuple. Comment peut-on transmettre notre vision du monde, si nous nous empêtrons dans des nègreries telles que la « francophonie », outil de domination culturelle de l' « oxydent » (Occident) ?!

3°) Le facteur « philosophico-spirituel » ; là également, nous sommes soumis aux valeurs qui viennent de l'extérieur et qui nous sont directement ou indirectement imposées.

Comment expliquer par exemple que certains états occidentaux conditionnent leur « aide » à l'acceptation ou la « reconnaissance » (?!) de l’homosexualité ?

Pareil pour les religions et/ou autres philosophies importées, et qui nous ont été imposées par le feu et le fouet, au détriment de notre propre spiritualité et nos philosophies qui n'ont JAMAIS été vecteur de guerres ou conflits religieux.

Il y a d'autres facteurs qui attestent de la dépendance du Congo face à son ancienne colonie et la vision du monde de cette dernière, mais je me suis arrêté à ceux cités ci-haut car ils me semblent être essentiels. Et tant que ces questions ne sont pas réglées, toutes les « fêtes » et autres organisés pour cette journée du 30 Juin ne seront que folklores, diversions et distractions.

En ce qui me concerne donc, je me limiterai à faire des libations pour nos ancêtres martyrs de l' « indépendance », à méditer sur leurs parcours (leurs victoires et leurs erreurs), et je continuerai à travailler avec mes sœurs et frères de bonne foi qui luttent tant que bien que mal en Afrique et dans la diaspora pour la libération RÉELLE et TOTALE non seulement du Congo, mais de TOUTE L'AFRIQUE ! Car sans les autres enclos coloniaux que nous appelons « états africains », Le Congo n'est RIEN !!! Telle est notre lutte, telle est notre destinée !!!

INGETA, IBOBO IBOBO !!!

Avec l'aimable autorisation de Tshiwala Ngalula Kalengayi pour Africana Network

Enregistrer

#societe #politique #CultureAfrica

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2020 Africana TV CARAIBES .