BEAUTÉ - TRADITION : Les perles de la libido


Dans le sud du Bénin, les perles sont très prisées des femmes. Ces belles dames hantent donc chaque jour les boutiques de vente de ces bijoux, à la recherche des plus belles. Cette quête est souvent mue par le désir de se rendre irrésistible aux yeux de leur conjoint. Il se dit même qu’une femme, qui pare ses reins de perles, éveille le désir sexuel chez son homme.

Au loin, une sirène résonne. Il est midi. Les élèves du Collège d’Enseignement Générale de Gbégamey (quartier de Cotonou) se pressent aux portes de l’établissement sous un ciel plein de promesse de pluie. De l’autre côté de la chaussée, s’étend sur plusieurs hectares, le Centre de Promotion de l’Artisanat, un espace consacré à l’exposition et à la vente des œuvres d’art. Au tournant d’un atelier de peinture, se trouve le magasin de Mamita. Taille moyenne, visage buriné, paupières tombantes, Mamita est la doyenne des habitants du Centre de Promotion de l’artisanat de Cotonou. Depuis plusieurs années, elle tient dans l’enceinte du CPA, un magasin de vente de perles. Et elle n’a pas l’air de se plaindre.

« Au sein du CPA, les perles sont très prisées. La plupart de nos clients sont des femmes. C’est culturel ici au Bénin, les femmes doivent porter des perles »

En effet, dans les traditions du Sud Bénin, la fille doit porter à la naissance des perles. Outre son caractère ornemental, elle possède aussi des vertus thérapeutique parce qu’elles aident la petite fille à traverser sans anicroche la période de l’éruption dentaire souvent très éprouvante.

A l’adolescence, le port des perles revêt une tout autre signification pour la jeune fille.

«J’achète des perles pour plaire à mon petit ami. Quand je les mets autour de mes reins, il a plus envie de moi » explique Amédée, une cliente de Mamita dans un torrent de rire.

« C’est leur fonction première » s’esclaffe Mamita.

Gildas, un taxi moto rencontré à quelques encablures du magasin de la vendeuse de perle avoue succomber plus rapidement aux charmes des filles qui portent ces bijoux autour des reins.

« J’aime beaucoup les perles. D’ailleurs, ma femme en porte. Cela, par leur brillance, me donne de l’entrain durant l’acte sexuel ».

Par ailleurs, au-delà des vertus érotiques de ces bijoux, elles sont dans certaines familles, un gage de fidélité de la femme à son mari.

« Une fois que je suis marié, les perles autour de mes reins sont comme un lien entre mon mari et moi. Si je commettais l’adultère, non seulement je mets sa vie en danger mais la mienne aussi » explique Dame Anne, une cinquantenaire.

Sur la terre du vodou donc, la frontière entre l’ornemental et le sacré n’existe pas.

Rufin PATINVOH pour Africana Network

#ModeBeautéAfrica #CultureAfrica #societe

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2020 Africana TV CARAIBES .