RD -CONGO - LITTERATURE : Lu pour vous - « Dieu et l'Afrique »publié par le Cercle des forces in


Dieu et l'Afrique, un ouvrage de référence publié par le Cercle des forces intellectuelles d'Afrique et des diasporas (Cerclecad, Ottawa, Canada), sous la direction de Benoît AwaziMbambiKungua. Il est publié aux éditions L'Harmattan, en France.

C'est un ouvrage monumental sur Dieu et l'Afrique que le Cerclecad, une société savante des forces intellectuelles d'Afrique et des diasporas africaines vient de publier sous la direction du sociologue, théologien et philosophe congolais (RDC) Nabi Benoît Awazi Bambi Kungua, enseignant à l'université Saint Paul d'Ottawa au Canada.

Dans cet énorme volume de plus de huit cents pages qui rassemblent les contributions d'une impressionnante panoplie de penseurs, l'ambition est de livrer un panorama riche et fertile de la manière dont Dieu est pensé, imaginé, vécu et annoncé dans les sociétés africaines contemporaines. Issus de plusieurs pays et de plusieurs horizons idéologiques, des philosophes, des théologiens, des économistes, des pédagogues et des spécialistes des sciences sociales se penchent avec acuité sur la foi africaine. Ils ont choisi pour angle d'attaque le cœur même de cette foi qui mobilise les populations d'Afrique dans un extraordinaire enchantement d'émotions, de passions, de quêtes et de rêves : Dieu, sa vie et son destin dans le cœur des Africains.

Au cœur de la foi africaine : les manières de lire les Ecritures saintes

Ce qui frappe d'emblée dans ce livre, c'est l'accent qui y est mis sur les manières dont les chrétiens d'Afrique lisent et interprètent les Saintes Ecritures, plus précisément les préoccupations de fond qui apparaissent dans le recours à Dieu tel qu'il se révèle dans les grandes figures bibliques qui sont proposées comme modèles et protocoles de sens aux lecteurs des textes sacrés en régime chrétien et même au-delà de la foi chrétienne comme sphère de compréhension de la destinée spirituelle du continent.

La question de fond qui constitue la grande trame du livre est tissée de préoccupations qui concernent la libération de l'Afrique du joug d'une modernité dont la mondialisation néolibérale actuelle est le goulot d'étranglement pour les peuples et les pays africains. Sous les angles politique, économique, social, culturel et géopolitique, le continent lit les textes bibliques comme des récits de libération. Ce sont ces récits qui fondent l'exigence de construction d'un ordre et d'une société de libertéque doit être l'Afrique actuelle.

Sans l'urgence de faire émerger une Afrique libre qui pense et organise sa destinée en fonction de ses aspirations, de sa vision du monde et de ses intérêts propres, il n'est pas possible de vivre Dieu avec profondeur et fécondité. Il appartient à l'Eglise d'Afrique de saisir son message et sa mission dans cette perspective de la libération comme exigence et de la liberté comme souffle de vie.

Le livre Dieu et l'Afrique met en lumière la force de tous les grands penseurs du continent dont la recherche s'est inscrite dans ce sens, particulièrement les Camerounais Jean-Marc Ela et Engelbert Mveng. Ces théologiens ont fait de la libération et de la liberté des peuples d'Afrique leur cheval de bataille. On doit à l'un l'insistance sur l'ordre mondial actuel comme prison et système de chaînes à casser par les Africains et à l'autre l'idée lumineuse de l'appauvrissement anthropologique du continent comme problème capital pour penser l'avenir d'une Afrique libre.

A cette préoccupation s'ajoute une autre, tout aussi radicale et fondamentale pour nos pays : l'urgence d'une guérison holistique de l'être africain. Benoît Awazi Mbambi Kungua considère cette urgence comme la seule issue pour notre continent comme terre d'une interprétation exigeante de la parole de Dieu.

Face aux quatre derniers siècles de l'histoire africaine et à leurs effets destructeurs sur les sociétés africaines, face aux violences subies, aux meurtrissures endurées et aux pathologies accumulées dans tous les domaines de la vie africaine, Dieu se révèle à l'Afrique comme le souffle d'une guérison globale dont l'Eglise a le devoir d'annoncer la présence salutaire et fertile, pour l'émergence d'une société qui se prenne en charge et brise les ressorts de l'extraversion, de la dépendance et de la violence symbolique, dans une force de résilience que les figures comme celles de Moïse, du Christ et de Saint Paul incarnent dans l'imaginaire chrétien.

Guérir l'Afrique de manière holistique, ce n'est pas seulement repenser la mémoire douloureuse du continent dans ses relations avec les anciens pays colonisateurs et leur sphère de pratiques sociales aujourd'hui. C'est aussi, et surtout, regarder l'Afrique à l'intérieur d'elle-même, dans les problèmes qui l'étranglent le plus aujourd'hui. Notamment : les fragmentations des sociétés africaines par les guerres, les conflits tribaux, les exploitations économiques, les violences politiques, les inégalités sociales et les gouvernances débiles. Il faut une pensée de la réconciliation de l'Afrique avec elle-même dans les valeurs d'humanité où respirent le respect de soi, la foi en son destin, la volonté de construire un être-ensemble paisible et l'ordre de droits humains respecté par tous.

Dieu et l'Afrique ne peuvent se rencontrer que dans une société de paix, où le divin rend l'homme africain responsable de la construction de son présent et de son avenir. En même temps, c'est dans la splendeur de son sens de responsabilité que l'Africain pourra glorifier Dieu, à travers une logique spirituelle où la gloire de Dieu, c'est l'homme vivant, selon la formule de Saint Irénée, tout comme la gloire de l'homme, c'est Dieu vivant, ainsi que le proclame la théologie africaine de la reconstruction.

Au cœur d'une société de la guérison holistique et de la paix dans un vivre-ensemble où Dieu et l'Afrique s'inter-fécondent, l'homme africain peut construire un agri-ensemble pour ce qui est aujourd'hui le défi public le plus fort pour notre continent : construire des sociétés d'émergence pour le développement durable. Dans la logique d'un tel agir, Dieu, c'est pour l'émergence de l'Afrique et le développement plénier de nos peuples et de nos populations. L'Eglise d'Afrique ne peut s'accomplir comme communauté de foi que si elle est en même temps une Eglise de l'action pour changer l'Afrique dans la perspective d'une nouvelle vie. Elle sera une force pour l'émergence et le développement où elle ne sera rien. D'où l'exigence pour elle de faire des Chrétiens des sujets éthiques pour une autre Afriqueet des acteurs de grandes espérances pour l'ensemble du continent.

C'est dans cette dynamique que le livre Dieu et l'Afrique s'inscrit pour penser la nouvelle société africaine comme invention de l'Afrique par les Africains eux-mêmes, dans une posture critique par rapport à eux-mêmes et à leur culture ainsi que dans une énergétique de réappropriation de l'ensemble de l'histoire africaine comme lieu de révélation de Dieu. Cette manière de s'inscrire dans la trajectoire vitale du continent permet de rencontrer Dieu non seulement dans les Ecritures, mais dans le destin africain lui-même comme trame spirituelle.

Dans cette trame, l'Afrique est une parole et un destin où Dieu se dit à la fois dans les expériences propres de vie des Africains et dans l'ouverture à une transcendance qui se dévoile au cœur des pratiques religieuses traditionnelles et comme dans de multiples lieux du rayonnement de la sphère spirituelle à travers les activités de tous les jours. Depuis la nuit des temps, de forces d'articulation de la vie sur l'invisible et le transcendant ont permis à l'Afrique d'être un continent de fortes expériences de Dieu que la foi chrétienne a le devoir de réinterroger pour couper avec l'aliénation par rapport à la scolastique occidentale et aux prétentions de l'Occident d'être le seul canal par lequel peuvent s'interprétés les textes des Ecritures.

Même la vie africaine d'aujourd'hui est un lieu de révélation de Dieu : on ne subit pas plus de quatre siècles dominés par les expériences de l'esclavage, du colonialisme, du néocolonialisme et de la mondialisation néolibérale sans que jaillisse de cette trame existentielle une mission spirituelle pour toute l'humanité. Après ce vécu traumatique, l'Afrique s'éveille et se réveille comme un continent pour changer le monde.

Ce projet africain du monde nouveau est dans les fibres des textes du livre Dieu et l'Afrique. Il en fait un livre tourné vers le futur, qui rompt avec les jérémiades habituelles des Africains sur leur funeste sort et reprend toutes les grandes théologies du continent comme des stations sur un chemin de croix qui conduit à une grande théologie de la résurrection hors de tous les tombeaux où fut enfermé le continent et qui doivent maintenant être des tombeaux vides, purement et simplement.

On trouve dans ce livre les thèmes forts de la réflexion africaine sur Dieu depuis la nuit des temps et ils sont merveilleusement intégrés dans le projet d'invention de l'Afrique capable d'indiquer le chemin d'humanité au monde, à partir d'une interprétation africaine de la Bible contre les dérives d'une modernité dévoyée qui ne veut pas reconnaître qu'elle a fait spirituellement fausse route et qu'elle doit entendre Dieu dans les matrices d'autres interprétations culturelles des Saintes Ecriture.

Une référence positive à l'Egypte pharaonique contre les élucubrations irrationnelles de certains idéologues africains perdus dans leurs rêves d'un âge d'or africain dans l'antiquité égyptienne indique la voie d'un ressourcement de l'Afrique actuelle vers le monothéisme africain du pharaon Akhenaton comme fondement d'une unicité de Dieu qui puisse unir tous les peuples autrement que par le prosélytisme conversionniste ou par la violence de l'épée au nom de la foi vrai.En redécouvrant cette matrice, on se garantit contre les violences qu'on attribue à Dieu dans la Bible ou le Coran et on s'immunise contre les expériences destructrices comme les croisades, les guerres de religion, les massacres à grande échelle au profit de la foi et les terrorismes actuels sous l'étendard d'Allah.

De même, l'écoute de grandes voix du monachisme africain permet de vivre Dieu dans une intériorité mystique qui peut éclairer l'humanité dans la quête d'une altermondialisation heureuse. Il y a aussi lieu de se tourner vers le prophétisme et le messianisme africains comme message de paix planétaire tout comme les théologies africaines de l'inculturation (Oscar Bimwenyi-Kweshi), de la libération (Jean-Marc Ela), de la reconstruction (Conférence des Eglises de toute l'Afrique) et de l'invention (Léonard SantediKinkupu) sont des sources de nouvelles richesses d'une vision planétaire de Dieu aujourd'hui.

Afrique, route de Dieu pour le monde

Dans Dieu et l'Afrique, il me semble que l'important n'est pas dans tel ou tel texte particulier qui analyse telle ou telle dimension particulière de la vie africaine éclairée par une certaine lumière divine. L'important est dans le souffle d'ensemble qui place la foi africaine en Dieu au cœur de la construction du monde nouveau. De nouvelles voix théologiques s'y font entendre : celles d'une nouvelle génération dont les textes de Nestor Salumu (RDC) ou Henri Touaboy(Centrafrique) rendent compte, montant ainsi que la théologie africaine et la pensée religieuse de l'Afrique sont en pleine maturation et en pleine effervescence. Même des économistes comme Tshiunza Mbiye s'inventent au débat et donnent au livre une dimension de carrefour où Dieu est dévoilé comme un « hub » épistémologique pour penser l'Afrique et sa destinée.

Les réflexions proposées ont une impressionnante densité d'optimisme et de fécondité : ils donnent à l'Eglise d'Afrique une conscience forte de sa vocation mondiale. L'élan est celui d'une volonté de réaffirmer le continent africain comme la route de Dieu pour le monde : avec une certaine herméneutique qui voit dans les textes scripturaires des matrices pour des valeurs que l'Afrique porte et qui doivent devenir la pierre d'angle du nouveau monde possible.

Aujourd'hui, la relation de l'Afrique avec Dieu a besoin d'être comprise dans ce sens, loin de toutes les errances mystico-religieuses et de toutes les élucubrations irrationnelles dont certains mouvements pseudo-spirituels enivrent les populations en coupant la foi du souffle de la raison, en refusant d'inscrire toute la trajectoire spirituelle du continent africain dans la trajectoire spirituelle du monde dont l'histoire est habitée par de grandes intuitions métaphysiques et religieuses africaines.

Je sais gré à tous les auteurs qui ont contribué à l'ouvrage Dieu et l'Afrique d'avoir donné une moisson utile à l'Eglise africaine pour qu'elle se comprenne comme Eglise de Dieu pour le monde. Ce n'est pas tous les jours que de telles voix se font entendre dans les turbulences, les orages et les charivaris du monde religieux africain. Il faut en être heureux.

Kä Mana, professeur des universités

Source : le potentiel

#culture #CultureAfrica

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2020 Africana TV CARAIBES .