MADAGASCAR - OPERATION ANTI-DAHALO:L’hélicoptère cloué au sol, faute de pilote


La libellule de fer de l’Armée n’a pas bougé bien que les dahalo fassent des ravages à Sakaraha, Ankazoabo-Sud et Antsalova. Le pilote est à la retraite, et le recours au service d’une tierce personne, est très onéreux.

Des raids aériens se font attendre dans les zones où se sont abattus ces derniers jours des hordes de dahalo. Selon les informations communiquées, le pilote de cette libellule de fer, qui depuis 2013 a livré bataille plus d’une fois à des bandits de grand-chemin, est aujourd’hui à la retraite. Une source sécuritaire indique par ailleurs que le salaire d’un pilote ayant les compétences requises pour mener de pareilles opérations, serait hors de prix. Des interventions de cette Alouette II de l’Armée malgache, sont néanmoins sollicitées dans les points sensibles de la région Atsimo Andrefana, après que le vol d’une centaine de têtes de zébus appartenant au maire d’Andranolava à Sakaraha, se soit soldé vendredi tôt le matin, par la mort d’un gendarme de deuxième classe. Le surlendemain, des éléments mixtes des forces de l’ordre, en train de remonter la piste des malfaiteurs, sont tombés dans un guet-apens à Ebona Ankazoabo-Sud. Une dizaine de blessés, dont la plupart sont des gendarmes, sont dénombrés. Bravant la mort dans une zone d’embuscade, les éléments sur terrain demandent un appui aérien, mais la libellule de fer, tant redoutée, par les voleurs de zébus n’a pas encore décollé. A Antsalova, c’est un appel de détresse qu’a lancé il y a une semaine le député, Maurice Ramarolahy. Après un vol massif de zébus, perpétré à Angodongodona, une zone limitrophe située au Nord de Miandrivazo, enclavée dans une zone favorable à des embuscades, le parlementaire a tiré la sonnette d’alarme en mettant en avant que l’intervention de l’hélicoptère est plus que jamais nécessaire. Neuf cent trois zébus, sont tombés entre les mains d’une centaine de bandits de grand-chemin. Trois hommes en treillis, brandissant chacun un Kalac­hnikov, étaient à la tête de cette armée de dahalo. La valeur du bétail dérobé s’élève à près de six cents millions d’ariary. Bien que l’heure soit grave, l’hélicoptère n’a pas encore bougé.L’appareil a survolé le ciel pour la dernière fois le 10 et le 11mai, lors du passage à Antananarivo du secrétaire général de l’Organisation de Nations Unies (ONU) Ban Ki-moon.

Vol de sécurisation

Il a été mobilisé pour sécuriser à basse altitude le cortège officiel, et assurer l’évacuation du secrétaire général de l’ONU si la situation l’exige. Son ancien pilote a été sollicité pour prendre les commandes.Depuis, cette Alouette II de l’Armée est clouée au sol. D’autres pilotes seraient en revanche en formation pour prendre le relais. Pour sa part, le général de brigade Anthony Rakotoarison, directeur de la sécurité et des renseignements auprès du commandement de la gendarmerie nationale, soutient que des procédures pour le déploiement de l’hélicoptère dans les zones à risque, sont déjà engagées. «Son utilisation dans les opérations dangereuses est préconisée. L’appareil sera déployé dans plusieurs zones selon l’urgence », explique le directeur de la sécurité et des renseignements. En attendant cet appui aérien qui semble se faire désirer, les hommes sur terrain se lancent dans des poursuites périlleuses, sans vols de reconnaissance.

l'exepess madagacar

#securite

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2020 Africana TV CARAIBES .