GUADELOUPE - MOUVEMENT SOCIAL : appel à la grève générale ce jeudi en Guadeloupe


Huit syndicats ont lancé un appel à la grève générale ce jeudi 12 mai. Secteurs du privé et du public sont appelés à se mobiliser contre la loi Travail mais les revendications vont bien au-delà.

La grève générale, seul moyen pour se faire entendre par l'Etat? C'est le sentiment partagé par les organisations syndicales en Guadeloupe. Huit syndicats ont lancé un appel dans le privé et le public pour dénoncer les "atrocités" comme la loi Travail. Ils espèrent ainsi envoyer un signe clair " d'avertissement en direction de l'Etat et du gouvernement". Cet appel avait été lancé à l'issue du défilé de la Fête du travail, le 1er mai, où plus d'un millier de personnes étaient présents. Mais la décision du gouvernement d'utiliser le 49.3 pour faire passer la loi Travail a renforcé leur détermination.

"Il faut mener une lutte encore plus dure avec un gouvernement très fébrile qui refuse d'affronter les élus du peuple", a expliqué Max Evariste, secrétaire général de FO Guadeloupe, joint par l'AFP. "Nous n'accepterons pas la dégradation de nos droits", a renchéri Eddy Ségur de la FSU, majoritaire dans l'Education nationale dans l'archipel.

Un ras-le-bol général

La loi El Khomri n'est pas le seul élément de crispation. Les syndicats - CGTG, FO, FSU, Speg (syndicat des personnels de l'Education en Guadeloupe), SUD PTT Gwa, UGTG, Unsa - réclament également l'arrêt des licenciements, de meilleures conditions de travail et d'apprentissage.

"Nous réclamons l'annulation de l'annonce de la suppression de 35 postes dans le second degré et réclamons la création de postes dans le premier. 60 classes sont sans maître par jour en moyenne", a détaillé Eddy Ségur.

"Nous allons vers la mort de la société guadeloupéenne: aujourd'hui il est impossible à un jeune de 20 ans de dire ce qu'il fera dans cinq ans. 60% des moins de 20 ans sont au chômage", s'est écrié Elie Domota, le secrétaire général de l'UGTG, syndicat majoritaire dans l'île. "Nous voulons montrer les atrocités du gouvernement, les lois El Khomri, Macron, Rebsamen, des lois contre les droits des travailleurs", a-t-il ajouté.

44 jours de grève en 2009

"En Guadeloupe, il y aura un choc social, ça ne peut plus tenir. Les travailleurs souffrent beaucoup plus en 2016 qu'en 2008, à la veille des événements de 2009", a insisté M. Evariste. En 2009, une grève générale avait éclaté pour protester contre la "vie chère". La mobilisation, émaillée de violences, avait duré 44 jours. Un accord avait finalement été trouvé entre les syndicats, les collectivités locales, l'Etat et le patronat, comprenant notamment une hausse des salaires.

"Nous sommes à la veille d'une crise sociale similaire à celle de 2009", a d'ailleurs déclaré mardi à l'Assemblée nationale, le député Ary Chalus en interpellant le gouvernement sur la crise du BTP en Guadeloupe.

Les travailleurs du public et du privé sont appelés à se mobiliser sur leur lieu de travail avant un défilé dans les rues de Pointe-à-Pitre.

itele.

#politique #societe

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2021 Africana TV CARAIBES .