CONGO BZV - MUSIQUE : Helmie Bellini " Congoliser " le jazz.


Helmie Bellini revient au plus près de ses racines par la chanson, la langue et les rythmes traditionnels qu’elle réinvente avec des influences jazz.

Avec ses mèches relevées, rouge à lèvres rouge et voix qui porte, Helmie Bellini ne passe pas inaperçu, et sa musique non plus. L’artiste originaire du Congo-Brazzaville a plus d’une corde à son arc.

Helmie Bellini

"La musique à ce niveau, ce n'est pas que du glamour"

Auteure, compositeur, interprète, chanteuse et auto productrice, Helmie Bellini nous offre son univers musical où les genres s’entremêlent, une véritable fusion "afro-jazz" comme le décrit la chanteuse qui ajoute avoir voulu créer son propre langage, son univers via le prisme de ses racines africaines.

A l’heure où la musique africaine contemporaine s’inspire de sons rythmés très imprégnés de pop et de hip-hop, la jeune femme a emprunté une voie popularisée par des artistes tels que Manu Dibango : le jazz.

Helmie, chanteuse de "jazz-afro"

Helmie reconnaît d’abord avoir voulu faire quelque chose d’innovant, en fouillant dans ses racines "congolaises et africaines pour rapporter son africanité au jazz".

"Quand j’ai vu la chanteuse américaine de jazz Dianne Reeves (en photo) sur scène, je me suis dit c’est comme elle que je veux être", révèle Helmie.

C’est surtout le besoin d’originalité qui l’a poussée vers cette esthétique "car elle permet une grande créativité. Elle exige aussi une certaine discipline", reconnaît Helmie.

Avec l’ensemble Kongo Square (Colin Parent, Clément Mollon, David Franco et Rémy-Benjamin Lesage), Helmie revisite l’histoire du Congo ainsi que d'autres régions d'Afrique d'où des esclaves ont été déportés.

"Ce projet me permet de faire le lien de moi (Congolaise), jusqu’au jazz. Kongo Square c’est la place où tout le monde était déporté partout ailleurs", précise la chanteuse.

Image copyright

Image caption Kongo Square sur la scène du New Morning à Paris

Le groupe adapte également des standards d’artistes tels que Miriam Makeba, Marcus Miller avec des accents plus modernes.

" Yo" et " Kafi Som Ni", deux chansons interprétées pour l’émission de BBC Afrique " C’est le Moment" présentée par Ata Ahli Ahebla, sont extraites de son premier album "Il était une voix".

"Kafi Som Ni" parle de la résistance et du courage d’une personne malgré ses larmes apparentes tandis que le titre "Yo", évoque le départ d’un enfant.

Dans cet album, Helmie offre des compositions originales mêlant des textes en français, en lingala et en téké, sa langue maternelle.

Ce voyage musical l’a rend unique et inclassable.

" Congoliser les gens "

Il est possible de faire autre chose que ce qu’on entend aujourd’hui" et même de "congoliser les gens"

La chanteuse espère influencer le processus identitaire des "jeunes générations" en leur disant "qu’il est possible de faire autre chose que ce qu’on entend aujourd’hui" et même de "congoliser les gens".

"En France, tout le monde parle un petit peu en lingala, donc si dans le jazz on peut ramener aussi du lingala, c’est pas mal… de faire vivre la langue".

Helmie, auto productrice

Il n’est pas toujours évident de trouver un label ou une maison de disque qui s’occupe d’un jeune artiste et le rend célèbre.

L’omniprésence des médias numériques et interactifs et l’usage répandu des technologies ont néanmoins favorisé le développement de l’autoproduction comme une solution répondant, pour de nombreuses personnes, à un désir d’ambition.

Mais pour Helmie, on ressent essentiellement un besoin de se démarquer et d’affirmer son indépendance.

Helmie est auto productrice, ce qui signifie qu’elle s’occupe elle-même de sa carrière artistique, menant de front aussi bien la réalisation que la production de son album.

Les avantages ?Helmie Bellini : "Pouvoir créer suivant ses envies, laisser libre cours à ses idées, ne pas devoir coller à une mode et laisser s'exprimer sa créativité".

Inconvénients ?Helmie Bellini : "Des moyens limités, aller plus loin et faire preuve de beaucoup de professionnalisme dans son organisation".

Et pour réussir dans la vie, qu'il s'agisse de musique ou d'autre chose, ce n'est plus un secret pour personne, il faut travailler. Mais dans le cas de la chanteuse congolaise, c’est plus vrai que jamais car elle l’avoue elle-même "rien ne tombe du ciel !".

Helimie, une femme, un parcours

A l’âge de 20 ans, Helmie a été forcée d’abandonner ses études pour élever sa fille et s’occuper de l'éducation de ses frères et sœur.

"Cette période a fait de moi une personne plus que responsable avant l'heure", admet Helmie.

Helmie n’a jamais renoncé à ses rêves. Elle a entrepris des études de musique et malgré les retards accumulés au fil du temps, Helmie Bellini a décidé de "s’accrocher" fermement.

"C'est difficile de ne pas craquer vu tous les "trous" à combler, vu tout le travail qu'il y a à fournir, vu toutes les autres obligations à tenir mais je m'accroche".

"La musique à ce niveau, ce n'est pas que du glamour", conclut l’artiste.

Helmie Bellini s'est installée en France où elle vit depuis une vingtaine d'années.

Source : bbc

#culture #CultureAfrica

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2021 Africana TV CARAIBES .