AFRIQUE - ÉCONOMIE : KFC veut aussi nourrir l'Afrique.


Le sourire du colonel Sanders, va continuer à s’étendre. KFC envisage de s’implanter prochainement à Dakar. La chaine de restauration rapide n’a certes pas réussi son entrée en Côte d’Ivoire mais continue de se faire du chemin sur le continent. La firme finalise actuellement les discussions avec celui qui portera son développement au Sénégal : SEDIMA ; le leader de l’aviculture et qui inaugurera bientôt son abattoir industriel.

A ce jour, il existe plus de 750 KFC en Afrique sub-saharienne. Presque tous sont en Afrique du Sud, où ils vendent près de 10% des poulets élevés dans le commerce de la nation. Or, la société mère de la chaîne, Yum Brands (qui prétend nourrir le monde), est en pleine expansion vers le nord. Elle affirme avoir l’intention de vendre ses pilons de poulet au Sénégal, en Ethiopie et en République démocratique du Congo.

L’objectif de KFC est de séduire la classe moyenne de l’Afrique, qui se développe à la fois en nombre et en influence. D’après la BAfD (la Banque Africaine de Développement), entre 2000 et 2010, la classe moyenne africaine a cru de manière considérable passant de 205 millions d’individus (soit environ 27 % de la population africaine) à 327 millions en 2010 (soit 34 % de la population). Ceci correspond à un taux de croissance de 59,6 %, un taux plus élevé que le taux de croissance de la population africaine, lui-même, estimé à 27,6 % sur la période 2000-2010. Selon l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture des Nations Unies, la consommation de volaille en Afrique subsaharienne va augmenter de 270% rapport à ses niveaux de 2000 d’ici à 2030. Une grande partie de cette croissance est alimentée par les consommateurs, de la classe moyenne urbaine qui ont adopté la restauration rapide comme un symbole de meilleur statut social, même si elle coûte souvent plus cher que la nourriture de rue ou d’autres spécialités locales. Au Sénégal par exemple, « le menu Kebab » est vendu à 2500fcfa soit 3,81 EUR ; une somme avec laquelle on peut acheter 3 plats de « Thiepoudieune », le plat national.

Pour grandir, KFC et les autres marques de restauration rapide exigent un approvisionnement régulier de poulet, avec leurs normes particulières. C’est un défi de taille pour les petits producteurs de poulet de l’Afrique que de répondre à cette demande. Au Ghana, par exemple, les poulets locaux ne parviennent pas à répondre aux demandes de la société en matière de qualité. Le Wall Street Journal a récemment rapporté que les agriculteurs ghanéens ne sont pas "assez professionnels" pour KFC, ce qui oblige les propriétaires de franchise à acheter des importations coûteuses.

Donner aux petits agriculteurs, l’accès à de nouvelles technologies permettant de produire plus

Mais là où les petits agriculteurs souffrent, les grands producteurs de poulet de l’Afrique réussissent. Ils demandent de plus en plus d’aliments riches en protéines, en particulier le soja. Pour leur part, l’Agence américaine pour le développement international et la Fondation Gates voient plutôt ceci comme une opportunité pour les petits agriculteurs, s’ils peuvent être convaincus d’adopter une nouvelle culture. Pour ce faire, l’USAID et Gates appuient la mise en place de ce que les experts du développement appellent « chaînes de valeur » - ils mettent en relations d’affaires les petits agriculteurs pour la vente des intrants agricoles comme les engrais d’un côté, et de grands acheteurs de maïs et de soja de l’autre. Ces acheteurs procèdent ensuite à la transformation de ces produits et les vendent aux grossistes du poulet qui, eux, misent leur croissance future sur la revente et l’expansion africaine de KFC.

C’est pourquoi, au Sénégal, KFC envisage de s’allier avec un grand de l’Agro-business. SEDIMA est spécialisée dans la production et la commercialisation de poussins d'un jour, d'aliments de volaille et bétail, la distribution de matériels avicoles, d'œufs de consommation et la réalisation de projets avicoles clefs en main. Leader sur le marché national en aviculture, SEDIMA GROUP a pour objectif de participer activement au développement du secteur avicole au Sénégal et dans la sous-région mais aussi d’accompagner l’émergence économique de l’Afrique.

Source : lafactory.com

#economie

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2021 Africana TV CARAIBES .