MARTINIQUE - ÉDUCATION : Quel avenir pour le lycée Schœlcher ?


( Fort-de-France ). Cela fait des années que l’avenir du plus prestigieux lycée martiniquais fait débat et pour cause. Au centre de toutes les querelles politiques, l’établissement représente tout un pan de l’histoire de l’île qu’il serait douloureux d’effacer, depuis Saint-Pierre où il a été construit en 1880 avant d’être transféré à Fort de France après l’éruption de la montagne Pelée.

A cet élément du patrimoine sont attachés les noms de grands hommes qu’on ne présente plus à commencer par celui d’Aimé Césaire qui y a été élève puis professeur, avant d’être à l’origine de son inscription aux monuments historiques en tant que député maire honoraire de la ville-capitale. Léon-Gontran Damas, Edouard Glissant, Frantz Fanon, Vincent Placoly… autant de personnalités qui sont passées par le lycée Victor Schœlcher et qui témoignent du rôle prépondérant qu’il a joué dans la formation des intellectuels de l’île.

Si la vétusté des bâtiments ainsi que d’importants risques sismiques obligent les pouvoirs publics à planifier sa reconstruction dès 2009, ces derniers peinent depuis à se mettre d’accord sur l’avenir de l’établissement qui est devenu un enjeu politique à part entière.

En effet, si l’indépendantiste Alfred Marie-Jeanne alors à la tête de la région Martinique opte pour une reconstruction sur site avec répartition des élèves dans les lycées alentours, Serge Letchimy qui le remplace en 2010 se lance dans l’aménagement d’un lycée de transit pour accueillir les élèves jusqu’à la fin des travaux. Or, la réhabilitation du site prévu pour cela connaît d’importantes complications et voit son coût exploser.

De retour aux affaires en 2015, Alfred Marie-Jeanne revient à son projet de départ et l’idée du lycée de transit est abandonnée, contre l’avis d’une partie des membres de la communauté scolaire pour qui répartir les élèves dans les établissements voisins reviendrait à signer l’arrêt de mort du lycée Schœlcher. Une pétition est d’ailleurs actuellement en ligne pour obtenir de la nouvelle collectivité territoriale le retour à l’option d’un lycée de transit.

En tout état de cause, les incessantes polémiques et l’absence de consensus autour de ces questions plombent l’avenir de l’établissement car sans un futur clairement défini, le lycée Schœlcher n’attire plus et finira par disparaître.

Angèle.M, journaliste pour Africana Network.

#education

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2021 Africana TV CARAIBES .