REGARD DE FEMME : Du choix du retour au cheveu crépu.


Je me suis résolument tournée vers la voie des Anciens il y a 4 ans environ. Ce changement de paradigme a été le résultat d’un processus, d’un apprentissage, d’une remise en question des fondations sur lesquelles toute mon existence avait été établie jusque là. L’acceptation de la réalité et la matérialité de certain faits dans un premier temps, puis la rupture qui devait nécessairement s’en suivre ont provoqué une lutte intérieure sans précédent qu’il me sera permis de partager à d’autres occasions.

Je peux toutefois fièrement affirmer qu’avec l’appui de mes Ancêtres et surtout guidée par mes idéaux de justice et de vérité, j’ai pu franchir le pas. J’ai par la suite progressivement côtoyé les milieux afrocentristes. J’ai participé quand je le pouvais aux différentes réunions et activités organisées dans ma communauté. Ceux qui m’ont connu à cette époque, peuvent témoigner du look que j’arborais : longue chevelure artificielle, bien lisse et luisante dont je prenais le plus grand soin. La question du cheveu crépu est devenue une problématique qui incommode plusieurs d’entre nous. Je le réalise et le conçois dans une certaine mesure.

Mon propos aujourd’hui est en revanche d’un autre ordre. J’aimerais aborder cet enjeu dans le sens d’une remise en question d’une certaine approche afrocentriste que je juge maladroite. Tout mouvement/courant si noble soit-il doit pouvoir, s’autoréguler s’il veut pérenniser son action. Je constate que, dans la campagne de sensibilisation vers un retour aux cheveux naturels, sur les réseaux sociaux notamment, nos messieurs, les guerriers, se montrent des plus entreprenants. On y va de toute sorte de propos orduriers et injurieux à l’endroit de nos sœurs qui n’ont pas pris le ‘’virage’’ du retour au naturel.

Cette (de)sensibilisation est si brutale et guerrière qu’elle exhale des relents de vendetta. Enfin… que se passe t-il ? Après s’être rendu coupable du péché originel qui conduisit toute l’humanité à la déchéance (selon le paradigme dominant et dont nous portons la marque à divers degrés), La femme (noire) est devenu le symbole de l’aliénation du monde noir. Elle est la face visible de l'iceberg du déni identitaire, l’aliéné par excellence, celle qui se décape, qui est artificielle et je tais par respect, les qualificatifs de tout genre dont nous sommes affublées. Sans nous dédouaner de la responsabilité qui est la nôtre, et sans nous ‘’blanchir’’ des accusations qui sont portées contre nous, j’aimerais rappeler à ces messieurs que si le monde noir à souffert des siècles durant, la femme noire (africaine) en a probablement été la première victime. Elle est passée du statut de mère de l’humanité et de reine, à esclave, porteuse de bébé et/ou prostituée de luxe qui ne doit pouvoir se définir et se voir accomplie qu’en portant le nom d’un autre.

C’est bien la femme noire, qui a perdu son mari, ses enfants, son foyer, la stabilité qui lui est si chère. C’est encore elle qui a subi les assauts répétés et brutaux des maitres esclavagistes aussi bien dans le monde arabe que dans le monde occidental, sous le regard impuissant de son époux. Elle a malgré tout, trouvé le moyen de survivre avec les moyens qu’elle avait en sa possession, elle a résisté et elle renaît aujourd’hui de ses cendres. Je salue au passage toutes nos reines, nos guerrières, nos martyrs et nos héroïnes du passé et des temps dit modernes. HOTEP ! Voila notre histoire collective, et que vous n’êtes guère censés ignorer !

Aujourd’hui, j’ai fait la paix avec mes cheveux. Je les aime avec leur multiple facettes et leur impressionnante versatilité. Lorsque je me présentais, à une conférence kamite, certains frères ne manquaient pas de m’attaquer directement ou indirectement au sujet de mes choix capillaires de l’époque. Je n’avais que faire de leurs insinuations. Je me sentais en phase avec moi-même et avec mon africanité malgré mes cheveux d’emprunt. Je n’avais pas le sentiment de ne pas m’aimer ou d’avoir honte de mes Ancêtres; et encore moins de rejeter ma nature profonde. J’étais peut-être aveugle, mais j’étais sincère !

J’ai lentement cheminé vers un changement qui a pris sa source dans ma communion renouvelée avec …. MOI, avec celle que JE reconnais être, avec ce que JE souhaite incarner et avec le modèle que JE désire laisser à mes filles, à ma descendance. Je ne suis pas la norme universelle et j’en suis consciente; les femmes noires qui ont opté pour leurs cheveux naturels, l’ont fait pour des raisons diverses qui se déclinent autant dans la quête identitaire que dans la volonté d’opérer des choix économiques plus raisonnables, de palier certains problèmes de santé ou tout simplement par effet de mode. Le dénominateur commun reste cependant : LE CHOIX ! Et ce choix, chers messieurs, dans le sujet qui nous intéresse, est une prérogative qui est La NÔTRE. Vous pouvez cependant, influencer, faire pression, encourager, soutenir, orienter un choix selon la direction qui vous paraît la plus juste et responsable.

Permettez-moi de vous faire quelques suggestions qui donneront de meilleurs résultats (parole de femme, je le jure):

1- Prêchez par l’exemple : Vous pourriez faire la promotion des femmes noires qui ont des cheveux naturels, partager des images de coiffures pour cheveux crépus, faire des publications qui parlent de l’entretien des cheveux naturels, partager des vidéos de témoignage de femmes ayant leur cheveux naturels, laissez-vous aller à votre imagination, les possibilités sont infinies ( je sais que plusieurs le font déjà, merci à eux !)

2- Évitez de vous afficher avec des femmes aux cheveux artificiels lorsque vous nous rabâchez les oreilles avec l’aliénation des femmes noires qui choisissent d’avoir des cheveux lisses. (Ca ne fait pas très sérieux). Si vos compagnes ont le choix de garder ‘’leurs brésiliennes’’, vous avez en revanche le choix de votre choix de compagne, à défaut d’être vous-mêmes exemplaires et irréprochables, mettez-y la manière

3- Évitez de proférer des injures à l’endroit de celles qui vous contredisent. Le caractère injurieux de vos déclarations n’apporte rien à la teneur de votre argumentation. Je rappelle qu’en communication, l’enveloppe du message est tout aussi importante que le message en lui-même. Cela est encore plus vrai lorsque vous avez affaire à une audience féminine

4- Finalement, si par la plus improbable probabilité, vous vous sentiez incapable de retenir vos élans de va t-en –guerre, et que la finesse et la souplesse vous faisaient défaut, SVP laissez-nous faire !

Yenaya Tchaty

#REGARDSDEFEMMES

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2020 Africana TV CARAIBES .