DOSSIER SAINT VALENTIN : La Saint Valentin fait-elle partie de la culture Africaine ?


Successivement, vous trouverz ci-après, l'analyse de Mbuyi Lukengu sous forme de questions-réponses puis les réactions de Saty Edouard et de Mukendi Kanyomba.

ANALYSE DE MBUYI LUKENGU

1) Qu'est ce que la valentin ?

La saint valentin est une fête traditionnelle des amoureux dans les pays anglo-saxons mais qui s’est développée en France à partir des années quatre vingth.

2) Quelle est l'origine de la saint valentin ?

L’histoire de la fête de saint valentin n’est pas bien connue et aurait une origine selon certains historiens l’antiquité et pour d’autres elle remonte au moyen âge. En effet, avant d’être saint, saint valentin, prêtre romain a vécu au IIIème siècle après Jésus christ sous le règne de l’empereur Claude II, surnommé le cruel. Ce dernier rencontrait des difficultés à recruter les soldats pouvant rejoindre ses légions décida d’interdire le mariage parce qu’il pensait que les romains ,qui refusaient de combattre ,étaient très attachés à leurs femmes. Mais Saint Valentin, pour avoir ignoré les ordres du roi ,en continuant à célébrer le mariage en secret, a été arrêté et emprisonné. En prison ,il rencontre une jeune fille aveugle ( de son géolier) à qui il aurait redonné la vue et écrit aussi une lettre d’amour avant d’être décapité. Il fût canonisé plusieurs siècles après la chute de l’empire romain et la saint valentin a été mise en place pour contrer une fête paënne(Lupercalia) à l’occasion de la journée de fertilité. Enfin, une autre origine de la saint valentin remonte au moyen âge à cause d’une croyance ( France et Angleterre) selon laquelle la saison des oiseaux commençait le 14 février et les hommes eux aussi avaient considéré ce jour comme propice à la déclaration d’amour.

3) Peut- on dire qu’aujourd’hui la saint Valentin est une fête commerciale ?

Personnellement ,je pense qu'il s'agit d'une fête commerciale ayant pour objectif de lancer de nouveaux produits en rapport avec le caractère soit disant amoureux de la journée. On crée par cet événement de nouveaux besoins que les couples vont chercher à satisfaire . Ceci permet de relancer les ventes et d’accroitre le chiffre d’affaire des entreprises.

4) Quel type de cadeau offre -t-on le jour au conjoint(e) ?

Le type de bien offert dépend de la culture du lieu où le pays où on habite. Je pense qu’en Afrique la fête de saint Valentin concerne une catégorie particulière de la population qui ,pour la plupart du temps a beaucoup voyagé. L'homme peut offrir par exemple un pagne , de bijoux…..à sa conjointe.

5) Comment cette fête a-t-elle vu le jour en Afrique ?

C’est grâce à l’internet,la television…

6) La polygamie fait-elle partie de la culture africaine ?

Oui ,la polygamie fait partie de la culture africaine.

7) Si l'homme est polygame ,va-t-il fêter la saint valentin avec toutes ses épouses ?

Vue l’origine de cette fête ,un polygame, africain ,en général, ne sait même pas que la saint Valentin existe.

8) Quel type de cadeau ,l'homme polygame offre -t-il à ses épouses ?

Si c’est un polygame qui voyage et s’intéresse à ce qui se passe dans le monde, il peut leur offrir des biens qui tiennent compte du contexte socio-culturel de son lieu de residence( chaussures, pagnes…).

9) Quel type de cadeau la (es) femme(es) ou co-épouses offre (ent) à son(leur) mari ?

La femme n’offre rien ,à part le sourire, car en Afrique les femmes ne travaillent pas et sont pour la plupart de mères au foyer.

10)Si l'homme est monogame, va-t-il fêter la saint valentin ?

En général l’homme ne fête pas la saint Valentin avec sa femme parce que c’est une fête qu’il ne connait pas.

11) Quel type de cadeau un homme monogame offre-t-il à sa femme ?

Voir question4

12) Quel type de cadeau l'épouse offre -t-elle à son mari ?

Si son mari organise cette fête, elle n’a rien à lui donner parce qu’elle ne travaille pas.

13) Peut-on dire qu'un africain qui fête la saint valentin est un acculturé ?

Oui et non

14) peut-on dire aussi qu'une épouse africaine qui fête la saint valentin est une acculturée ?

Oui et non

15) Peut-on dire que la saint valentin ne fait pas partie de la culture africaine ?

Oui, la saint valentin ne fait pas partie de la culture africaine.

MBUYI LUKENGU

REACTION DE MUKENDI KANGOMBA

" À lukengu mbuyi

Pour moi, c'est non. L'homme africain est très réservé quant à l'expression externe de ses sentiments. Il est quasiment rare de voir des couples s'embrasser sur la bouche dans la rue ou sur des lieux publics. L'amour est une affaire d'intimité entre deux êtres et ne doit pas être étalé publiquement. Et d'autre part, faut-il décréter un jour où l'on doit s'aimer? Il me semble que c'est ni plus ni moins qu'une affaire commerciale. une de plus comme la fête des mères, celle des pères, etc...

Mukendi Kangomba. "

REACTION D’EDOUARD SATY " Si tous les africains sont d’accord pour affirmer que la Saint Valentin ne fait pas partie de la culture africaine, il faut nuancer certaines affirmations. Si personnellement je suis aussi d’accord a certains égards avec le point de vue de Mukendi Kangomba(ci-dessous) lorsqu’il écrit que l’amour est une affaire d’intimité entre deux personnes, qu’il n’ y a pas lieu de décréter une journée pour cela, je ne suis pas tout à fait d’accord quand on se limite simplement, comme le fait aussi Jean Pierre Mbuyi, à une affaire simplement commerciale.

En effet, il faut aller au-delà de ce simple constat. Toute civilisation se construit par pallier dans le temps et subit l’influence des autres civilisations avec laquelle elle peut entrer en contact comme le prouve d’ailleurs l’historique fait par Mbuyi(ci-après)mais dont il faut compléter l’évolution. Avec le temps, la fête était avant tout une fêtes des célibataires organisée en banquet où l’on pouvait piocher une amie. Elle avait donc à certains moments une dimension libertine condamnée par l’Eglise au 16 ième siècle avant de devenir amoureuse, d’amitié comme aux USA, c’est-à-dire fête des sentiments.

En Afrique où nous avons une civilisation de tradition orale, ce sont les vieux qui transmettent le fondement de la civilisation africaine aux jeunes. Lorsque les vieux meurent, les jeunes les remplacent automatiquement et cela va de soi. Le problème en Afrique aujourd’hui est que la tradition orale peut n’être pas transmise du fait de l’acculturation galopante à cause de la mondialisation économique d’abord, culturelle par la suite.

L´acculturation signifie que des changements culturels sont intervenus dans la culture d´un groupe social donné sous l´influence d´un outre groupe venu d’ailleurs. La culture africaine est entrée en contact avec la culture européenne depuis plusieurs siècles déjà. Mais la mondialisation à outrance des événements ces dernières décennies grâce aux multimédias : télévision, radio, internet, téléphone portable….a accéléré l’intrusion de la culture européenne en Afrique. A cela il faut ajouter l’exode des africains dans les villes africaines où ils sont facilement en contact avec les autres civilisations dont la civilisation occidentale. Mais pire encore, fuyant les guerres, la misère, l’insécurité politique, le manque d’éducation ou d’insuffisance d’éducation, les jeunes viennent en occident ; ce qui accentue le phénomène d´acculturation puisque ces jeunes qui émigrent en occident sont nécessairement transformés au contact de la civilisation occidentale, consciemment ou non. A termes, ils adoptent pour ainsi dire d’autres attitudes. Si tel n’était pas le cas, la question que Mbuyi vient de poser ne se poserait même pas. Si la Saint Valentin est une fête inconnue dans nos traditions africaines, elle s’intègre de plus en plus dans nos cultures africaines en contact avec la culture européenne au quotidien.

Pour faire simple, je vais illustrer mon propos par deux exemples :

1° Des jeunes de Mbandaka, comme les adultes d’ailleurs, dans la région de l’ Equateur, en R.D.CONGO ont célébré le 14 février la Saint Valentin comme fête des amoureux. A cette occasion, comme le rapporte radio OKAPI, radio de l’ONU en R.D. CONGO, le Comité provincial des associations et mouvements des jeunes (CPAMJ) a organisé des «activités dites saines pour préserver les jeunes de Mbandaka des anti-valeurs». Le CPAMJ a organisé notamment une excursion avec un concours de « génies » en herbe à savoir la sensibilisation au VIH/Sida et à d’autres activités culturelles durant cette journée au Jardin Botanique d’Eyala. «Nous ne voulons pas que cette fête renvoie à la futilité et à la prostitution. Mais nous voulons que cette date soit marquée par des questions éducatives où les jeunes vont échanger sur la culture, l’éducation, la mondialisation, la lutte contre les violences sexuelles ou le Sida», a expliqué Jean-Christophe Itofo, coordinateur provincial du CPAMJ. Ainsi, au contact de la culture européenne, les congolais se sont « appropriés » la Saint Valentin mais à leur « sauce » et non pas à la « sauce européenne » que certains qualifient de commercial. C’est la valeur donnée à cette fête par les jeunes congolais de Mbandaka par exemple, eu égard aux problèmes congolais liés au sida et aux violences sexuelles faites aux femmes qui font que la nature de cette fête prend un autre sens, en ajoutant « un plus » à la simple manifestation amoureuse ou commerciale.

2° Par contre, la même semaine, dans nos familles africaines en France et en Europe, certains ont simplement adopté cette fête en respectant la tradition occidentale avec fleurs, attention toute particulière à son conjoint etc…bref, une attention amoureuse. Des médias africains diffusés à partir de Paris à l’intention des africains en Europe et particulièrement des africains en Afrique ont largement fait écho de la Saint Valentin en consacrant des émissions entières à cette journée de la Saint Valentin. C’est ainsi que TELE SUD par exemple a consacré certaines émissions des variétés à l’intention des amoureux africains en Europe et en Afrique en incitant les téléspectateurs africains à fêter la Saint Valentin. Certaines émissions musicales comme celle diffusée chaque samedi à 22 heures, émission reprise chaque dimanche à 19 heures incitait carrément à dépasser la culture africaine qui veut qu’on ne fête pas la Saint Valentin, qu’on n’offre pas des fleurs à une femme mais des pagnes ou des chaussures à justement offrir des fleurs à sa femme ou à sa compagne. Pour inciter à la réciprocité, l’animatrice de cette émission incitait aussi les femmes africaines a avoir ce jour-là une attention toute particulière à son conjoint. Il n’est donc pas nécessaire, cher Mbuyi, d’avoir voyagé ou d’être en contact avec les occidentaux pour découvrir la Saint Valentin. Mais encore, il est très surprenant d’apprendre que ce sont seulement les hommes qui offrent les cadeaux parce que les femmes africaines ne travaillent pas. C’était vrai en ville il y a plusieurs décennies déjà. Depuis, même en ville, avec un taux de chômage de 80 % par exemple en ville en R.D.CONGO, qui font bouillir les marmites ? Les femmes africaines et congolaises ont toujours travaillé et souvent travaillent plus que les hommes africains. Qui cultivent la terre, fait parfois plusieurs kilomètres pour ramener de l’eau à la maison ? Ce sont les femmes. Le travail agricole n’est-il pas un travail ? Le commerce n’est-il pas un travail ?

Enfin, un homme polygame qui a adopté la Saint Valentin n’aura pas de problème pour couvrir ses co-épouses des cadeaux ou simplement d’attention. Les occidentaux qui ont de maîtresses parfois à chaque coin de rue les délaissent-elles lors de la Saint Valentin ? En tout cas je peux rassurer que tous mes amis occidentaux qui ont des maîtresses ne les oublient pas lors de la Saint Valentin. Pour conclure, je préfère insister sur le danger de l’acculturation en Europe comme en Afrique car ainsi va la vie. Les civilisations s’appauvrissent ou s’enrichissent au contact des autres civilisations. Soit on est capable de protéger sa culture des intrusions jugées négatives venues de l’extérieur en protégeant sa propre culture comme étant aussi égale voire supérieure à d’autres, soit on laisse l’espace culturel national envahi par d’autres cultures et alors, par la force des choses on crée une autre culture bâtarde dont il faut s’accommoder. C’est le drame de l’Afrique et de la D.R.CONGO qui ne sont pas capables de protéger leurs espaces culturels.

Edouard Saty "

Source : .yagoa.fr


Posts à l'affiche