SANTÉ - NUTRITION : Tout ce qu'on ignore de la mangue, le 2eme fruit le plus consommé au monde.


Valeurs nutritives de la mangue

Mangue crue, ½ fruit (100 g)

Calories

67

Protéines

0,5 g

Glucides

17,6 g

Lipides

0,3 g

Fibres alimentaires

1,9 g

Charge glycémique

Faible

Pouvoir antioxydant

Élevé

Sources : Santé Canada. Fichier canadien sur les éléments nutritifs, 2010.

Profil santé de la mangue

La mangue est le fruit tropical le plus consommé au monde après la banane. Sa chair orangée et juteuse est une bonne source de fibres et de vitamine C. Elle aurait un potentiel anticancer, notamment grâce à son contenu en antioxydants.

Les bienfaits de la mangue

Plusieurs études prospectives et épidémiologiques ont révélé qu’une consommation élevée de fruits et de légumes diminuait le risque de maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies chroniques. La présence d’antioxydants dans les fruits et les légumes pourrait jouer un rôle dans ces effets protecteurs.

Cancer. Une des rares études effectuées spécifiquement sur la mangue a démontré que le jus de mangue exerçait un effet anticancer sur des cellules in vitro. Cependant, d’autres études seront nécessaires afin de déterminer si ces propriétés persistent après la digestion ou l’absorption du jus par le corps humain. Globalement, l’effet anticancer des mangues s’expliquerait par leur contenu en polyphénols. De plus, il semble que les variétés Haden et Ataulfo posséderaient une activité préventive supérieure aux autres.

Que contient la mangue ?

Polyphénols

La mangue, de même que la goyave et le litchi, se démarque grandement des autres fruits tropicaux par son contenu élevé en polyphénols (ou composés phénoliques). Les composés phénoliques se retrouvent dans les aliments d’origine végétale. Leur capacité antioxydante protègerait les cellules du corps des dommages causés par les radicaux libres. Ils diminueraient le risque d’apparition de plusieurs maladies. Leur abondance et leur composition diffèrent selon les variétés. Par exemple, la variété Ataulfo contiendrait plus de polyphénols, de vitamine C et de bêta-carotène et aurait une capacité antioxydante supérieure aux variétés Tommy Atkins, Haden, Kent et Keitt. La concentration en composés phénoliques peut aussi varier grandement entre les fruits d’une même variété, au sein d’une même culture et pour un degré de maturité similaire. Le principal polyphénol qu’on retrouve dans une mangue mûre est l’acide gallique.

La mangue contient également de la mangiférine et des gallotannins ainsi que des tannins. Ces 3 composés seraient toutefois présents en proportion beaucoup plus importante dans le noyau et la pelure du frui. La mangiférine a été étudiée principalement à partir d’extraits de l’écorce du manguier. Des études lui attribuent des vertus bénéfiques contre le diabète, l’inflammation, le stress oxydatif et l’hypercholestérolémie. Cependant, la mangue renfermerait 400 fois moins de mangiférine que l’écorce de l’arbre, ce qui n’est pas suffisant pour engendrer les effets observés.

Caroténoïdes

Les principaux caroténoïdes de la mangue sont le bêta-carotène et la violaxanthine. Ces pigments aux propriétés antioxydantes confèrent une couleur rouge orangé aux aliments qui en contiennent une grande quantité, comme la mangue. Dans certaines variétés de mangues, le bêta-carotène, compterait pour de 20 % à presque 100 % des caroténoïdes totaux. Le bêta-carotène est un précurseur important de la vitamine A dans l’organisme. Cependant, les différentes variétés de mangue de même que le stade de mûrissement influencent grandement les quantités de ces caroténoïdes. Une étude a démontré que la mangue mûre aurait une activité antioxydante plus élevée que le fruit non mûr. La mangue contiendrait également d’autres types de caroténoïdes, comme la bêta-cryptoxanthine, mais en moindre quantité.

Fibres solubles

La partie comestible de la mangue contient des fibres, dont la moitié sont des fibres solubles. Leur proportion tend à augmenter avec le mûrissement du fruit. Les fibres solubles contribuent à diminuer les risques de maladies cardiovasculaires grâce à leur capacité à réduire le cholestérol sanguin. La majorité des fibres solubles de la mangue se présenteraient sous forme de pectine en quantité comparable à celle de la pomme ou de la banane, 2 fruits reconnus pour leur teneur élevée en pectine.

Pelure et noyau : pas de gaspillage !

La pelure et le noyau de la mangue représentent respectivement environ 25 % et 20 % du poids du fruit. Au lieu d’être jetées, ces parties pourraient avoir des propriétés intéressantes pour l’industrie alimentaire. La pelure de la mangue est reconnue comme une source de pectine de haute qualité7. Les composés phénoliques qu’elle contient permettraient également de l’utiliser comme antioxydant naturel. Le noyau, quant à lui, posséderait aussi des propriétés antioxydantes. Il constitue de plus une source d’huile comestible, d’amidon et de farine7.

Vitamines et minéraux principaux

Vitamine C

La mangue est une bonne source de vitamine C.

Vitamine A

La mangue est une source de vitamine A pour la femme seulement.

Vitamine B1 (thiamine)

La mangue est une source de vitamine B1.

Vitamine B2 (riboflavine)

La mangue est une source de vitamine B2 pour la femme seulement.

Vitamine B6 (pyridoxine)

La mangue est une source de vitamine B6.

Vitamine E

La mangue est une source de vitamine E.

Cuivre

La mangue est une source de cuivre.

Précautions

Allergies

Peu de cas d’allergie à la mangue ont été rapportés dans la littérature scientifique. Cependant, la fréquence réelle de cette allergie peut avoir été sous-estimée à cause de la faible consommation de ce fruit dans les pays du Nord. Des allergies aux fruits tropicaux ont souvent été décelées chez les personnes sensibles au latex. Ce phénomène est appelé le « syndrome latex-fruit ». Ainsi, les personnes allergiques au latex peuvent souffrir d’une hypersensibilité à certains fruits tropicaux, dont la mangue. Des atteintes à la bouche et à la gorge sont les conséquences les plus souvent observées, mais des symptômes plus graves, comme des réactions anaphylactiques, peuvent aussi survenir. Les personnes allergiques au latex doivent donc porter une attention très particulière lorsqu’elles consomment ces aliments, étant donné la gravité potentielle des réactions. Il est recommandé de consulter un allergologue afin de déterminer la cause des réactions à certains aliments et de mieux connaître les précautions à prendre.

Il est reconnu que les personnes allergiques à la mangue peuvent réagir à d’autres aliments ou composés par l’intermédiaire d’une réaction croisée. En effet, une personne allergique à la mangue pourrait également réagir au céleri, à la carotte, ainsi qu’aux pollens de bouleau et d’armoise. Certains antigènes communs permettraient d’expliquer ce phénomène. Cependant, ces réactions croisées ne peuvent être expliquées par une quelconque relation botanique, puisque ces aliments ou composés ne font pas partie de la même famille.

Dermatite de contact

Chez certaines personnes sensibles, le contact de la peau avec différentes parties d’une plante peut provoquer une réaction d’inflammation. Des cas de dermatite de contact ont été rapportés à la suite d’un contact avec un manguier (la sève, les feuilles ou la tige) ou la pelure du fruit. De façon générale, la partie comestible de la mangue (la pulpe) n’est pas reconnue comme pouvant causer ce type de réaction. Mais la prudence est de mise. Certaines personnes concernées par ce problème croient à tort qu’il suffit de faire peler le fruit par une autre personne pour le consommer en toute sécurité. Des chercheurs reconnaissent désormais que la pulpe qui se trouve immédiatement sous la surface de la pelure de la mangue pourrait contenir suffisamment d’antigènes pour provoquer une réaction. Afin d’être le plus prudent possible, il est recommandé aux individus sensibles de peler le fruit en retirant une petite quantité de la chair (environ 5 mm) avant de le consommer.

Interaction avec la warfarine

La mangue fait partie des aliments ayant été reconnus pour altérer les concentrations sanguines de warfarine. La warfarine, commercialisée sous le nom de Coumadin®, est un médicament servant principalement d’anticoagulant. Afin d’éviter des problèmes, Santé Canada recommande aux personnes consommant ces aliments de s’assurer d’en manger les mêmes portions tous les jours. De plus, il est recommandé de s’informer auprès de son professionnel de la santé pour connaître les autres aliments pouvant modifier les effets de la warfarine ou agir directement sur la coagulation du sang.

#santé

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2021 Africana TV CARAIBES .