Le CAI, service d’espionnage de la rue Oudinot


En 1923, un ministre des Colonies, Georges Sarraut, ressuscitant le service de la « police des noirs » mis en place sous Louis XVI, créa auprès de la direction des Affaires militaires du ministère des Colonies, 27 rue Oudinot (aujourd’hui ministère des Outre-Mer), un service de renseignement dont la mission était d’espionner les indigènes d’Afrique, de Madagascar et d’Indochine présents sur le territoire français, et bien évidemment les Antillais, Guyanais et Réunionnais (qui eux n’étaient pas des « indigènes », mais des citoyens).

Le service d’espionnage de la rue Oudinot prit le nom de CAI (service de Contrôle et d’Assistance aux Indigènes). Inutile de préciser que le service en question contrôlait plus qu’il n’assistait.

Le but était double : éviter d’une part que les « indigènes » – et en particulier les tirailleurs stationnant sur le territoire – ne soient « contaminés » par la propagande bolchévique, éviter d’autre part tout regroupement inter-colonial et assurer la division entre Africains et Antillais.

Disposant d’honorables correspondants, d’indicateurs, d’agents infiltrés, de bureaux dans les grandes villes, et bien sûr de fonds secrets, ce service spécifique fonctionnera officiellement au moins jusqu’à la seconde guerre mondiale.

Les archives du CAI, conservées à Aix-en-Provence, sont une mine pour les historiens.

http://www.une-autre-histoire.org/le-cai-service-despionnage-de-la-rue-oudinot/

#CHRONIQUES

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2021 Africana TV CARAIBES .