Du Sang Bleu à l’Encre Noire By Natou Pedro Sakombi


AU SUJET DE L'AUTEURE

Natou Pedro Sakombi est née à Kinshasa, dans l’ex-Zaïre, d’un père nigérian et d’une mère congolaise. Alors qu’elle n’a que six ans, elle quitte son Zaïre natale pour la Belgique où elle passe toute sa jeunesse.

Après des études à l’Institut Supérieur de Traducteurs et Interprètes de Bruxelles où elle étudie les langues et les civilisations européennes, Natou poursuit des études de Lettres modernes à l’Université Libre de Bruxelles. Suite à son cursus universitaire, elle démarre une carrière au sein la WAPES, département des Relations Internationales d’un service public belge ; mais après 3 années, elle décide de se consacrer pleinement à l’étude de l’histoire de l’Afrique, sa plus grande passion.

Inspirée par l’historienne Sylvia Serbin dont elle découvre l’ouvrage « Reines d’Afrique et Héroïnes de la Diaspora Noire », Natou fonde en 2010 la structure « Reine & Héroïnes d’Afrique » (RHA) ainsi qu’un magazine du même nom, afin de revaloriser l’image de la femme africaine moderne par le biais de l’Histoire. A côté de nombreuses activités liées à la structure RHA (magazines, expositions, conférences, émissions radio), Natou consacre trois années de recherche pour ce qui va devenir son premier opus, « Du Sang Bleu à l’Encre Noire ».

LA QUESTION DE LA SUPREMATIE RACIALE DANS L'OUVRAGE

Evoquer la couleur de peau dans un contexte monarchique renvoie d'emblée à la question de suprématie raciale. Est ce la volonté de cet ouvrage? Le lecteur discernera très vite, après l'exercice de déblayage historique auquel nous nous adonnerons, qu'il est nullement question de valoriser une race plus qu'une autre. En effet, le terrain auquel s'offre la genèse du thème abordé nous démontre que l'histoire, outre les diverses interventions humaines dont le but peut être une idéalisation, voire une manipulation de l'imaginaire collectif des spectateurs, restera à jamais l'histoire. L'Histoire, avec un grand H, est liée inmanquablement à la vérité. Et la vérité, depuis la nuit des temps, nous a prouvé son pouvoir et sa force contre tout mensonge, aussi reculée soit-il dans le temps. Si l'histoire avait deux amis intimes, ce serait sans contexte le temps et la vérité.

La grande question est surtout de savoir "qui furent les premiers habitants de cette partie de la terre que nous appelons aujourd'hui l'Europe?". La deuxième serait "comment étaient perçus ces premiers habitants qui peuplèrent l'Europe (que l'on devrait logiquement qualifier d'autochtones) par les habitants qui vinrent à leur tour, peupler cette même partie de la terre"?

Les Noirs étaient sans conteste les premiers humains qui peuplèrent l'Europe. Ce n'est pas du racisme que d'affirmer cela. Et s'il faut prendre un fait scientifique pour conforter les historiens et les anthropologues, prenons celui de "l'homme de Grimaldi" qui selon eux est entré en Europe il y a 40.000 ans. Toujours selon des preuves scientifiques, les Blancs, qui étaient alors des agriculteurs de l'Asie central, y seraient entrés il y a seulement 6000 ans. Des rapports médiévaux nous parlent des "Hommes bleus" présents en Europe entre 500-1500 avant Jésus-Christ, d'Européens noirs, et ce, même parmi les Vikings, qui d'ailleurs étaient eux aussi dépeints comme "le peuple bleu".

Donc, il ne peut y avoir aucun doute qu'il ait existé des Noirs en Europe depuis les premiers temps. De ce fait, il n'est donc pas étrange de considérer des Noirs ou des "Métis" européens. Qu'est-il donc arrivé à ces gens ?

Nous ramener à reconsidérer cette vérité ou nous poser ce genre de questions n'est en aucun cas une volonté de chercher à prouver la suprématie d'une race sur une autre.

#culture #CultureEurope

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2021 Africana TV CARAIBES .