L'ex-patron de l'athlétisme couvrait le dopage russe pour financer une campagne électorale a


ÉCLAIRAGE - Selon des procès-verbaux du "Monde", Lamine Diack affirme que Moscou a financé la campagne présidentielle remportée par Macky Sall au Sénégal.

Pendant des années, l'ancien dirigeant mondial de la fédération d'athlétisme (IAAF) s'est laissé corrompre par la Russie pour influer sur la politique sénégalaise. Cette affirmation ne correspond pas seulement aux soupçons des policiers. C'est Lamine Diack lui-même, patron de la discipline de décembre 1999 à août 2015 et en garde à vue depuis début novembre à Paris, qui a tout avoué aux enquêteurs de l'Office central de lutte contre les infractions financières.

1,5 million d'euros pour financer la campagne au Sénégal

Selon des procès-verbaux cités par Le Monde, Lamine Diack, 82 ans, explique lors de ses auditions avoir voulu en 2012 "renverser le pouvoir en place" dans son pays, le Sénégal. Au mois de février, cette année-là, se tenait l'élection présidentielle qui opposait le président sortant Abdoulaye Wade à Macky Sall. Pour financer la campagne de ce dernier, le patron de l'athlétisme, en manque de liquidités, "sollicite une aide" auprès de Valentin Balakhnichev, qui n'est autre que le dirigeant de la fédération russe, un proche de Vladimir Poutine et, surtout, le trésorier de l'IAAF. À l'époque, de nombreux athlètes russes sont impliqués dans des affaires de dopage et risquent des sanctions. Or, les championnats du monde d'athlétisme à venir, ceux de 2013, se tiennent à Moscou. Aidé de son fils, Papa Massata Diack, le dirigeant comprend qu'un échange de bons procédés peut avoir lieu. D'un côté, l'IAAF ferme les yeux sur le dopage russe et accepte de retarder des suspensions après le Mondial. De l'autre, la Russie débourse 1,5 million d'euros pour la campagne de Macky Sall au Sénégal. Une allégation fermement démentie par Valentin Balakhnichev. Pour autant, Lamine Diack affirme qu'un accord entre les deux parties se conclut fin 2011. "Nous nous sommes entendus, la Russie a financé", assure Lamine Diack, alors que l'un de ses avocats a contesté cette déclaration. Quelques mois plus tard, Macky Sall bat Abdoulaye Wade et s'empare du pouvoir au Sénégal. Lamine Diack est alors décoré en tant que Commandeur de l'ordre national du Lion.

Le fils de Lamine Diack recherché

Sur le plan sportif, l'IAAF a donc tout fait pour retarder les suspensions des athlètes russes, dont les analyses antidopage s'étaient révélées défaillantes. Pour cela, Lamine Diack avait chargé son conseiller juridique, Habib Cissé, de remettre en main propre à la fédération russe les courriers de notification des cas suspects. Mais les lettres ont tardé à arriver et la liste des sportifs concernés, censée rester secrète, a été divulguée. "Je ne suis pas naïf (...), on aurait pu les traiter plus vite", concède l'ancien membre du CIO. Ces manœuvres semblent tout de même avoir éveillé les soupçons de certains membres de l'IAAF. Mais Lamine Diack l'affirme : son fils "a donné de l'argent aux uns et aux autres pour les faire taire et qu'ils ne s'opposent pas". Des accusations récusées par les supposés bénéficiaires. Pour l'heure, seuls Lamine Diack, Habib Cissé et un ancien médecin de l'IAAF ont été mis en examen pour corruption passive dans le cadre de cette enquête. Quant à Papa Massata Diack, il demeure introuvable. Son père affirme pourtant qu'il a de nombreuses réponses à apporter.

Julien Absalon Source RTL

#sport

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

© 2021 Africana TV CARAIBES .