SANTÉ - AUTOMÉDICATION : Des médicaments inefficaces et parfois dangereux.


Grippe, rhume, troubles intestinaux,... Dans un hors-série qui sera publié en janvier 2016, l'association de consommateurs «60 millions de consommateurs» passe au crible les médicaments souvent utilisés en automédication dans les maladies d'hiver.

Or, selon cette étude, une minorité de médicaments en vente libre, parmi les plus utilisés contre le rhume, le mal de gorge, la grippe ou les troubles intestinaux, serait efficace et inoffensive pour la santé.

Sous le contrôle du professeur Jean-Paul Giroud, pharmacologue clinicien et d'Hélène Berthelot, pharmacienne, 61 médicaments les plus vendus ont été étudiés, comme l'Actifed rhume jour et nuit, Caliptol inhalant, Fervex, Oscillococcinum, Néo-Codion ou encore Vicks vaporub, Lysopaïne, Strepsils, Gaviscon, Immodium et Microlax...

Sur ces 61 médicaments, vingt sont classés «faute de mieux». C'est à dire que leur efficacité est «faible ou non prouvée mais ils n'ont pas, peu ou très rarement d'effets indésirables», explique le journal.

Selon le magazine, 28 seraient tout simplement à proscrire car ils «comportent trop de contre-indications et des effets indésirables disproportionnés pour soigner des maux passagers, sans compter que certains contiennent des substances inefficaces.»

Au final, seulement 13 d'entre eux ont passé les tests et sont à privilégier. 60 millions de consommateurs cite par exemple le sirop Clarix toux sèche, Humex adultes toux sèche, Vicks vaporub, Imodiumcaps, Gaviscon menthe, Maalox (sans sucre),...

« Ces résultats montrent que ces médicaments, bien que vendus sans ordonnance, ne sont pas des produits de consommation comme les autres », explique le journal en mettant en garde les consommateurs sur les médicaments associant plusieurs substances comme par exemple le paracétamol combiné au pseudoéphédrine et tripolidine dont les effets seraient de « décupler les risques d'accidents cardio-vasculaires et neurologiques. »

«Les médicaments sont toujours dangereux parce que justement, ce sont des médicaments. Le risque zéro n'existe pas», a commenté Isabelle Adenot, président de l'Ordre des pharmaciens, qui dénonce la publicité sur ces médicaments très populaires même si les Français en sont moins consommateurs que leurs voisins européens (15,4% contre 32,3% en moyenne en Europe). Elle préconise pour sa part la généralisation du dossier pharmaceutique permettant de minimiser le risque de délivrer ces médicaments de manière inappropriée.

La part de marché de l'automédication en France reste relativement faible par rapport au reste de l'Europe. En volume cela correspond à 15,4% du marché contre 32,3% en moyenne dans les autres pays.

#santé

Posts à l'affiche
Posts Récents